Traitements

Il existe différents types de traitements utilisés en ophtalmologie.

Les différents traitements sont expliqués et illustrés. Les recommandations que vous trouverez ici ne sont données qu’à titre indicatif. Respectez scrupuleusement les consignes données par votre professionnel de santé.

Chirurgie de cataracte

La cataracte est une opacification du cristallin très courante en vieillissant. C’est l’une des principales causes de cécité dans le monde. Elle est aujourd’hui traitable par une opération rapide et indolore. La chirurgie de la cataracte a beaucoup évolué ces dernières années. Nous avons aujourd’hui des dispositifs qui peuvent effectuer des opérations rapides avec peu de traumatisme pour l’œil, à travers des micro-incisions d’environ 2 mm par lesquelles on retire le cristallin et ensuite on insère l’implant intraoculaire qui le remplace. Certains nouveaux types d’implants intraoculaires permettent également la correction de l’astigmatie et de la presbytie. Différents modèles d’implants multi-focaux peuvent fournir au patient non seulement une vision de loin, mais aussi une vision pour de près. Le choix de chaque type d’implant dépend évidemment des caractéristiques de l’oeil et des envies personnelles de chaque patient.

La chirurgie de cataracte est réalisée actuellement sous anesthésie topique par des gouttes de collyre anesthésiant, mais elle peut aussi être effectuée si nécessaire et de façon exceptionnelle sous anesthésie locale ou même générale.

L’intervention est indolore. Pendant le chirurgie, le patient doit rester en position allongée et tenir son regard vers des points lumineux pendant quelques minutes.

La récupération post-opératoire est rapide et le patient peut reprendre ses activités normales quelques jours après la chirurgie.

Durée:

autour de 10 minutes, mais variable au cas par cas. L’ensemble de l’hospitalisation est d’environ 3 heures et le patient sort de la clinique sans pansement oculaire.

Préparation:

La dilatation des pupilles est nécessaire. Anesthésie topique(gouttes de collyre anesthésiant).

La photocoagulation au laser

La photocoagulation au laser est un traitement qui existe depuis plusieurs années dans la pratique ophtalmologique. Il consiste en la réalisation d’impacts d’un faisceau de laser de diode verte (longueur d’onde de 532 nm) en ciblant des zones spécifiques de la rétine. Le médecin observe la rétine du patient à travers un microscope, ce qui lui permet d’effectuer ces impacts de laser sur des zones cibles de la rétine. Il existe de nombreuses indications pour la photocoagulation au laser, telles que le traitement des lésions de la rétine périphérique présentes dans la myopie forte, le traitement de l’œdème maculaire diabétique, le traitement de la rétinopathie diabétique, le traitement des occlusions veineuses et le traitement d’orifices ou déchirures rétiniennes pour empêcher le décollement de rétine.

La photocoagulation au laser est réalisée au sein du cabinet médical. En fonction de la quantité requise dans chaque cas, les applications peuvent générer un inconfort pour le patient, ce qui peut être résolu en diminuant l’intensité du laser ou bien, en cas d’une extrême sensibilité, par la réalisation d’une anesthésie locale.

Temps:

il dépend de l’étendue de la zone de l’oeil à traiter. Peut durer de 2 à 10 minutes par session et par œil.

Préparation:

Il est nécessaire d’effectuer la dilatation des pupilles. Les pupilles prennent en moyenne cinq heures pour revenir à leur taille normale. Il est souhaitable que le patient apporte des lunettes de soleil pour éviter toute photosensibilité causée par la luminosité externe après avoir quitté le cabinet. Il n’est pas nécessaire d’être à jeun. Le patient n’a pas besoin d’être obligatoirement accompagné. La vision peut prendre environ 15 minutes pour revenir à la normale après l’application de laser.

Traitement de la rétinopathie du prématuré (ROP)

La photocoagulation au laser est un traitement de choix dans la rétinopathie du prématuré. Elle consiste à appliquer des impacts de laser de diode sur la rétine immature de façon à éviter la progression de la maladie. Le laser est appliqué sur la rétine de l’enfant par l’utilisation d’un adaptateur à laser portable. Le traitement est effectué dans la zone périphérique de la rétine de l’enfant, ce qui entraîne une régression des néovaisseaux qui sont caractéristiques de cette maladie.

Temps:

il dépend de l’étendue de la zone de l’oeil à traiter. Peut durer 10-30 minutes par session et par œil.

Préparation:

dilatation des pupilles et anesthésie générale obligatoire. L’équipe de néonatalogie de l’établissement hospitalier donne le support au médecin ophtalmologue pendant toutes les phases du traitement.

Application sous conjonctivale de corticoïdes(Célestène ou Célestène Chronodose)

L’application de corticostéroïdes, stéroïdes anti-inflammatoires, en dessous de la couche de Tenon est appelée application sous-ténonienne ou sous conjonctivale. Le médicament est appliqué sur la surface extérieure de l’oeil. Pas de pénétration intra-oculaire lors de l’application.

Cette application est destinée au contrôle immédiat et à moyen terme d’une uvéïte, une inflammation aigüe ou chronique des yeux. Après l’application du corticoide, la libération du médicament est lente, ce qui procure un contrôle du processus inflammatoire. L’effet de la médication peut durer quelques mois, et ainsi rendre le patient moins dépendant de collyres ou corticoïdes par voie orale. Parce qu’il s’agit d’un corticostéroïde, il existe un risque d’augmentation de la tension intra-oculaire dans certains cas.

Durée:

environ 2 minutes

Préparation:

aucune. Anesthésie par des gouttes anesthésiantes. La procédure n’est pas invasive et peut être effectuée dans le cabinet de l’ophtalmologiste.

Ozurdex® intravitréenne

L’application d’Ozurdex consiste en une injection dans l’oeil (dans la cavité vitréenne) d’un implant anti-inflammatoire stéroïde (dexaméthasone à libération lente). Cette application est réalisée par une aiguille fine qui permet au médecin d’injecter l’implant dans l’œil du patient. L’intervention est très rapide et l’anesthésie utilisée comprend des gouttes de collyres anesthésiants juste avant l’application de façon à assurer une procédure indolore.

Le médicament reste dans la cavité vitréenne, exerçant son effet sur la rétine et à l’intérieur de l’oeil pendant quelques mois.

L’Ozurdex inhibe le processus inflammatoire, ce qui provoque une diminution de la perméabilité vasculaire et une réduction intense et durable de l’œdème maculaire. Parce qu’il s’agit d’un corticostéroïde, il existe un risque d’augmentation de la pression intra-oculaire pour certains patients traités, selon les études cliniques. Lorsque cette augmentation de pression se produit, elle est dans la plupart des cas transitoire et traitable par des collyres.

Durée:

environ 5 minutes

Préparation:

la procédure est réalisée dans un bloc opératoire.
Anesthésie par des gouttes anesthésiantes.

Application intravitréenne d'Avastin®

Le Bevacizumab, dont le nom commercial est « Avastin », a révolutionné le traitement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) de type exsudative au début des années 2000. L’Avastin est un médicament utilisé dans le traitement de tumeurs dans d’autres parties du corps. L’utilisation intraoculaire de ce produit s’est répandue et a été soutenue par la littérature médicale en ophtalmologie en raison de ses résultats remarquables dans le contrôle de la forme de la dégénérescence maculaire exsudative liée à l’âge. Néanmoins, son utilisation ophtalmologique ne fait par partie des indications affichées dans la notice du médicament. L’anticorps monoclonal Avastin est un puissant inhibiteur de tous les isoformes du VEGF. Le VEGF (Vaso Endothelial Growth Factor) est en grande partie responsable de la poussée des néovaisseaux sous-rétiniens trouvés dans la forme exsudative de la dégénérescence maculaire liée à l’âge.

Cette application est très rapide et réalisée par une aiguille fine, sur la partie blanche de l’œil. Le médicament reste dans la cavité vitréenne, exerçant son puissant effet sur la macula, le centre de la rétine, pendant quelques mois.

Malgré la grande efficacité de l’Avastin sur la néovascularisation sous-rétinienne, le principal problème réside dans le fait que le médicament a un effet temporaire et dans la plupart des cas, plusieurs applications sont nécessaires pour un contrôle de la maladie et de façon à prévenir la progression de la perte de la vision centrale.

Durée:

environ 5 minutes

Préparation:

la procédure est réalisée dans un bloc opératoire adapté. Anesthésie par des gouttes anesthésiantes.

Lucentis® intra-vitréen

Le Lucentis, dont le principe actif est le ranibizumab, est un anti-corps monoclonal développé exclusivement pour l’utilisation en ophtalmologie dans le cadre du traitement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) du type exsudative. Des études cliniques contrôlées pour l’utilisation intraoculaire de ce médicament ont été réalisées, avec de bons résultats à la fois en matière de sécurité et de stabilité/amélioration de l’acuité visuelle chez de nombreux patients. Pour plus de détails, voir www.lucentis.com (en anglais)

Lucentis est un puissant inhibiteur de tous les isoformes du VEGF.  Son application est très rapide et réalisée par une aiguille fine, sur la partie blanche de l’œil. Le médicament reste dans la cavité vitréenne, exerçant son puissant effet sur la macula, le centre de la rétine, pendant quelques mois.

Malgré la grande efficacité du Lucentis sur la néovascularisation sous-rétinienne, le principal problème réside dans le fait que le médicament a un effet temporaire et dans la plupart des cas, plusieurs applications sont nécessaires pour un contrôle de la maladie et de façon à prévenir la progression de la perte de la vision centrale.

Des études cliniques montrent que les meilleurs résultats lors de l’utilisation du Lucentis sont obtenus par l’application initiale de 3 doses (loading doses) suivies de:

  • nouvelles applications au cas où une réactivation de la DMLA soit observée. (Schéma « PRN » ou « as needed »)
  • nouvelles applications dans un intervalle de temps prédéterminé par l’ophtalmologiste, indépendamment si la maladie se réactive ou pas. (Schéma « Extend and Treat »)

Durée:

environ 5 minutes

Préparation:

la procédure est réalisée dans un bloc opératoire adapté. Anesthésie par des gouttes anesthésiantes.

Eylea® intra-vitréen

L’aflibercept est une protéine de fusion recombinante composée des fragments des domaines extracellulaires des récepteurs de type 1 et 2 du VEGF humain fusionnés au fragment Fc de l’IgG1 humaine développé exclusivement pour l’utilisation en ophtalmologie dans le cadre du traitement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) du type exsudative.
Ce principe actif est obtenu par la technologie de l’ADN recombinant.
L’aflibercept agit en se liant au VEGF-A (facteur de croissance de l’endothélium vasculaire) et au PlGF (facteur de croissance placentaire). Ces facteurs angiogéniques sont impliqués dans la stimulation de la croissance anormale des vaisseaux sanguins chez les patients atteints de DMLA.
Grâce au blocage de ces facteurs, l’aflibercept réduit la croissance des vaisseaux sanguins et limite l’épanchement ainsi que le gonflement.

Des études cliniques contrôlées pour l’utilisation intraoculaire de ce médicament ont été réalisées, avec de bons résultats à la fois en matière de sécurité et de stabilité/amélioration de l’acuité visuelle chez de nombreux patients. Pour plus de détails, voir www.eylea.com (en anglais)

L’application d’Eylea est très rapide et réalisée par une aiguille fine, sur la partie blanche de l’œil. Le médicament reste dans la cavité vitréenne, exerçant son puissant effet sur la macula, le centre de la rétine, pendant quelques mois.

Malgré la grande efficacité d’Eylea sur la néovascularisation sous-rétinienne, le principal problème réside dans le fait que le médicament a un effet temporaire et dans la plupart des cas, plusieurs applications sont nécessaires pour un contrôle de la maladie et de façon à prévenir la progression de la perte de la vision centrale.

Des études cliniques montrent que les meilleurs résultats lors de l’utilisation d’Eylea sont obtenus par l’application initiale de 3 doses (loading doses) suivies de:

  • nouvelles applications au cas où une réactivation de la DMLA soit observée. (Schéma « PRN » ou « as needed »)
  • nouvelles applications dans un intervalle de temps prédéterminé par l’ophtalmologiste, indépendamment si la maladie se réactive ou pas. (Schéma « Extend and Treat »)

Durée:

environ 5 minutes

Préparation:

la procédure est réalisée dans un bloc opératoire adapté. Anesthésie par des gouttes anesthésiantes.

Chirurgie du décollement de rétine par rétinopexie avec indentation sclérale (Technique AB Externo)

La rétinopexie avec implant d’une sangle sclérale est une technique utilisée depuis de nombreuses années pour le traitement du décollement de rétine, qui reste toujours très utilisée en raison de son efficacité dans certains cas de décollement de rétine, en particulier chez les jeunes patients, les forts myopes et les décollements de rétine secondaires à un traumatisme. Le procédé consiste en l’implantation d’une fine sangle de silicone autour du globe oculaire, visant à mener la paroi de l’œil à la rencontre à la rétine, de façon à fermer des déchirures ou des trous rétiniens périphériques responsables du décollement de rétine. En plus de bloquer et fermer les déchirures, la bande provoque la diminution de la traction du vitré (substance qui remplit l’œil) sur la rétine, ce qui diminue le risque de formation de nouveaux trous ou de nouvelles déchirures.

Une fois la sangle implantée, un drainage externe de fluide qui décolle la rétine est réalisé. Puis la déchirure ou trou responsable du décollement est traitée avec l’aide de la cryothérapie (voir traitements sur le menu), puis une bulle de gaz est injectée pour maintenir la rétine en place pendant que la cryothérapie produit son effet d’adhésion. D’un point de vue esthétique la sangle de silicone n’est pas perceptible après l’opération.

La procédé est réalisé dans la plupart des cas sous anesthésie générale, mais elle peut aussi être réalisée sous anesthésie locale avec sédation. Les résultats à long terme sont globalement excellents et la technique permet à de nombreux patients de garder une vision satisfaisante lorsque la chirurgie est réalisée rapidement après la détection du décollement de rétine.

Durée:

variable au cas par cas, environ 1 heure.

Préparation:

être à jeun et dilatation des pupilles sont nécessaires.

Anesthésie générale ou locale avec sédation.

Vitrectomie postérieure ou vitrectomie

La vitrectomie postérieure représente une évolution majeure dans l’ophtalmologie depuis sa création dans les années 70. Puisqu’il s’agit d’une chirurgie réalisée à l’intérieur de l’oeil, elle nous permet de résoudre des cas qu’il était impossible d’opérer  par rétinopexie avec indentation sclérale (voir traitements dans site). Voici quelques exemples de cas pour lesquels une vitrectomie postérieure est indiquée:

  • Chirurgies de la macula: membranes épi-rétiniennes, Syndromes de traction vitréo-maculaires et trous maculaires.
  • Décollement diabétique de la rétine
  • Décollement de la rétine par une déchirure géante
  • Décollements de rétine associés à traction ou cicatrisation ou prolifération dans la surface de la rétine ou bien associés à des opacités vitré
  • Prise en charge de certaines complications d’une chirurgie de la cataracte
  • Prise en charge de certaines infections intra-oculaires

Actuellement la vitrectomie est effectuée avec des micro-incisions, et dans la plupart des cas, sans points de suture. Chaque incision est inférieure à 1 mm de longueur, ce qui permet un post-opératoire sans inflammation avec des yeux clairs et indolores. Les équipements les plus modernes permettent un contrôle total de l’œil pendant la chirurgie, augmentant la sécurité lors de l’intervention.

La vitrectomie permet au médecin de résoudre les problèmes rétiniens par manipulation directe de la zone touchée, en utilisant des micro-dispositifs de précision sous visualisation directe. Pendant une vitrectomie, le chirurgien peut effectuer une photocoagulation au laser pendant l’acte chirurgical (endolaser). En outre, selon le cas, il peut être nécessaire d’implanter du gaz ou de l’huile de silicone à la fin de l’intervention.

La procédé est réalisé sous anesthésie locale avec une sédation ou sous anesthésie générale.

Durée:

la chirurgie peut durer de 15 minutes dans les cas les plus simples jusqu’à quelques heures dans les cas les plus complexes.

Préparation:

être à jeun et la dilatation des pupilles sont nécessaires.

Cyclophotocoagulation

La cyclophotocoagulation est indiquée dans le traitement des cas de glaucome qui n’ont pas répondu aux formes classiques de traitement. La cyclophotocoagulation est une cautérisation par laser de la partie de l’œil responsable de la production de l’humeur aqueuse, le corps ciliaire. Il s’agit d’une technique non invasive.

Elle est indiquée pour les yeux atteints de glaucome néovasculaire et précédemment traités par du laser ou par de la cryothérapie. Elle est également indiquée dans les cas de glaucome avancé où l’état du patient ne permet pas de chirurgie invasive. La procédure est réalisée dans la plupart des cas sous anesthésie locale avec une sédation, mais elle peut aussi être réalisée sous anesthésie générale.

Durée:

en moyenne 30 minutes.

Préparation:

être à jeun

Chirurgie de vitrectomie combinée avec la chirurgie de la cataracte par phakoémulsification

La cataracte est une opacification du cristallin très courante en vieillissant. C’est l’une des principales causes de cécité dans le monde. Elle est aujourd’hui traitable par une opération rapide et indolore. La chirurgie de la cataracte a beaucoup évolué ces dernières années. Nous avons aujourd’hui des dispositifs qui peuvent effectuer des opérations rapides avec peu de traumatisme pour l’œil, à travers des micro-incisions d’environ 2 mm par lesquelles on retire le cristallin et ensuite on insère l’implant intraoculaire qui le remplace. Certains nouveaux types d’implants intraoculaires permettent également la correction de l’astigmatie et de la presbytie. Différents modèles d’implants multifocaux peuvent fournir au patient non seulement une vision de loin, mais aussi une vision pour de près. Le choix de chaque type d’implant dépend évidemment des caractéristiques de l’oeil et des envies personnelles de chaque patient.

La récupération post-opératoire est rapide et le patient peut reprendre ses activités normales quelques jours après la chirurgie. L’anesthésie est réalisée dans la plupart des cas par des gouttes de collyres anesthésiants, mais elle peut aussi être effectuée, si nécessaire,  sous anesthésie locale ou générale.

La chirurgie de vitrectomie combinée avec la cataracte est indiquée dans les cas où les opacités générées par la cataracte peuvent gêner la visualisation de la rétine par le médecin lors de la vitrectomie. Elle est aussi indiquée lorsqu’il existe une forte probabilité de développement rapide d’une cataracte après la chirurgie de vitrectomie lorsque l’implantation de gaz ou huile de silicone se font nécessaires.

Durée:

en fonction de chaque cas

Anesthésie:

locale ou générale

Capsulotomie au laser YAG

La capsulotomie au laser YAG est une façon non-invasive de réaliser un polissage et ainsi redonner de la transparence à l’implant inséré dans l’oeil lors d’une chirurgie de cataracte.

Quelques mois ou années après une chirurgie da cataracte, une grande partie des patients développe une opacité de l’enveloppe qui héberge l’implant intra-oculaire. Elle est considérée comme une réaction du corps humain à la matière artificielle de la lentille implantée.

Pour certains patients, la gêne occasionnée par cette opacité n’est pas négligeable et peut entraîner une importante baisse de vision.

La capsulotomie au laser YAG est une procédure simple et effectuée au cabinet. Après la capsulotomie au laser YAG, des gouttes pour empêcher l’inflammation et augmentation de la pression intra-oculaire sont prescrites pendant 15 jours.

Durée:

moyenne de 5 minutes.

Préparation:

dilatation de la pupille est nécessaire. Immédiatement après le laser YAG, le port des lunettes de soleil à la sortie du cabinet peut diminuer la gêne occasionnée par la lumière extérieure. Le patient n’a pas besoin d’être accompagné.

Cryothérapie

La cryothérapie est une façon de cautériser une zone particulière de la rétine par congélation à travers la paroi de l’œil. Ce traitement peut être utile en cas de douleurs oculaires intenses causées par l’hypertension oculaire dans le cadre d’un glaucome néovasculaire. La cryothérapie peut également être utilisée dans le traitement de la maladie de Coats avec pour objectif de réduire l’exsudation et éviter un décollement de la rétine exsudative chez ces patients. La cryothérapie est  aussi utilisée lors de la chirurgie par rétinopexie avec indentation (voir menu de traitements)

La procédure est réalisée dans un environnement chirurgical sous anesthésie générale. Sa réalisation est aussi possible sous anesthésie locale.

Durée:

en moyenne 30 minutes.

Préparation:

être à jeun et la dilatation des pupilles sont nécessaires.

Iridotomie au laser

L’iridotomie au laser est un moyen de prévenir des crises de glaucome aigüe de l’angle fermé. C’est un procédé non-invasif, il crée un orifice microscopique et invisible dans l’iris qui est la partie colorée de l’oeil. L’ouverture de ce micro-orifice crée une voie de passage pour l’humeur aqueuse et évite la fermeture de l’angle et les crises de glaucome.

Elle est indiquée dans les yeux qui ont un espace étroit entre l’iris et la cornée ou un iris en plateau et qui possèdent donc un risque de fermeture de l’angle.

L’orifice est crée par le laser sur la périphérie de l’iris, donnant naissance à un micro-orifice de communication entre l’avant et l’arrière de l’iris. Le trou n’est pas visible à l’oeil nu et ne change pas l’aspect esthétique de l’oeil du patient.

Durée:

moyenne de 5 minutes.

Préparation:

mise de gouttes pour fermer les pupilles(pilocarpine collyre)